Découvertes et coups de <3

L’Atelier Pailleté : découvrez les bijoux et l’interview audio de Gladys

interview Atelier pailleté

Aujourd’hui je vous parle d’un super projet que l’on a mis en place avec Gladys, créatrice de la marque de bijoux l’Atelier Pailleté : on s’est mutuellement interviewée, mais pour changer, on a voulu le faire en version audio ! J’espère que ce format vous plaira, une chose est sûre, nous, on s’est bien marrée !

Suite à notre rencontre lors d’un marché de Noël cet hiver, sur lequel, il faut le dire, on a franchement bien rit, Gladys et moi sommes restées en contact, suivant chacune de près le travail de l’autre. Gladys et moi avons une légère obsession pour les paillettes. C’est donc tout naturellement qu’elle a souhaité utiliser un des petits cols pailletés pour son dernier shooting photo. Le résultat a été sans appel : les photos étaient vraiment super cool, alors on s’est dit que c’était l’occasion de s’en servir pour illustrer un joli article sur nos blogs respectifs. Et comme on est des petites rigolotes, on s’est dit que ce serait plus sympa de vous faire une petite interview pour découvrir le monde pailleté de Gladys, en version audio s’il vous plaît (et plus bas, en version texte pour les boulets, comme moi, qui n’ont plus de son sur leur pc…). On vous invite donc a lancer la piste de lecture juste en dessous :

Mon bijoux préféré de l’Atelier Pailleté

Après avoir interviewer Gladys, j’avais envie de vous parler d’une pièce en particulier de sa marque, que j’adore vraiment. Mais genre, vraiment.

Alors le choix n’a pas été facile parce qu’il y a beaucoup de pièces qui me plaisent chez l’Atelier pailleté (la bague Trocadéro avec sa jolie pierre verte notamment, j’adore <3). Mais en tant que fan de personnalisation et de customisation, je ne pouvais pas rester indifférente à Alix, le magnifique bijoux de dos qui se fixe sur vos colliers pour sublimer votre dos. Je suis totalement fan de l’idée, et des petits pendentifs, il y en a plusieurs variantes. C’est pas canon ?!

Retrouvez tous les jolis bijoux de l’Atelier Pailleté sur son site ici.

Et vous l’aurez devinez, mes petits chouchous, les bijoux de dos sont nos guests à retrouver sur l’eshop My dear Claude !

Retrouvez l’interview audio de l’Atelier Pailleté en version écrite :

On va commencer par des trucs bateaux : dis nous en un peu plus sur toi !

Alors je m’appelle Gladys, j’ai 26 ans et je suis Stéphanoise. Je vis actuellement à Paris. Pour les 3 mots qui me caractérisent, je suis plutôt une personne obstinée, quand je veux quelque chose je sais que je l’aurai, je ne lâche pas le morceau. Ensuite, spontanée, ça peu aussi être un défaut car j’ai tendance à dire un peu trop ce que je pense. Et je suis je pense, et on me le dit souvent, quelqu’un d’assez joviale ! 

Pour la citation, une qui me caractérise, « You need to be Glittery », forcément… Pour la petite histoire, je cherchais un dicton pour L’atelier Pailleté et c’est une copine qui me l’a proposé et ça a été une évidence, effectivement il me colle à la peau ! J’ai une réelle obsession pour les paillettes, j’en suis même à pailleter la barbe de mes potes (merci les copains) et du coup cette phrase est restée et aujourd’hui c’est le dicton officiel de L’atelier Pailleté. 

Comment en es tu arrivé à ce projet ?

J’ai eu un cursus scolaire assez classique : brevet, bac, études supérieures dans le médical.

D’un point de vu artistique, mes parents ont rapidement découvert mon coté créatif et m’ont inscrite dès le plus jeune âge aux cours de dessin que je n’ai pas lâché pendant plusieurs années. Cette passion du bijoux vient de ma maman ; on peut dire que je suis tombée dedans quand j’étais petite.

Ayant toujours adoré bricoler, j’ai commencé par des colliers de pâtes comme tout le monde, et en grandissant j’en suis venu à dessiner puis créer mes propres bijoux, et depuis je ne m’arrête plus !

Est ce que tu peux me parler de ton projet ?

Donc c’est un marque de bijoux, j’ai deux collections : une fantaisie, une haute fantaisie qui est la collection Saint-germain. En fait ce principe de deux collections permet de m’adapter à tous les budgets avec du coup une collection à petit prix et une collection plus haut de gamme en plaqué or avec des pierres semi précieuses. Latelier se trouvant à Saint-Germain-des-Prés, j’ai développé la collection Saint-Germain autour de mon quartier que j’adore, en donnant par exemple à mes créations le nom des rues ou des lieux symboliques de Saint-Germain-des-Prés.

Et du coup, pourquoi ce nom de marque ?

Tout mes bijoux sont faits main et je tenais à garder cette authenticité du handmade qu’évoque «ATELIER». C’est un endroit de conception qui rappelle également le monde de l’artisanat, le travail bien fait.

PAILLETÉ, c’est mon coté girly ! J’adore les paillettes et tout ce qui brille ! D’après mes amis, ça illustre parfaitement mon côté princesse, licorne et arc-en-ciel. 

C’est quoi la partie que tu préfères dans ton métier ? 

Alors ma partie préférée c’est vraiment la création, même si parfois c’est aussi une partie qui m’énerve parce que lorsque j’ai une idée en tête et que je n’arrive pas à la réaliser comme je la visualisais j’ai tendance à perdre patience ! Parfois je me couche et je me lève pour dessiner ce à quoi j’ai pensé, pour être sûre de ne pas l’oublier ! Et aussi ce que j’aime bien à l’inverse de toi dans ton interview c’est au moment des shootings, imaginer des looks, des ambiances, faire des scénarios etc. J’adore ! En gros, driver le shooting pour vraiment avoir le résultat espéré. 

Et la partie que tu détestes ?

Clairement ?! Les articles de blog ! J’ai horreur de ça ! Non pas parce que je n’aime pas écrire, mais je pense que c’est plus par pudeur. J’ai du mal à me livrer, a raconter ma vie et ouvrir les portes de mon jardin secret…

Mais il faut que je travaille sur ça car c’est quand même cool de partager des petits bouts de vie, d’échanger et de créer une vraie communauté autour de ma marque. 

Une journée à l’Atelier Pailleté, ça ressemble à quoi ?

Déjà en ce moment il y a Elodie, que j’accueille tous les matins et qui fait son stage de communication à L’atelier Pailleté. Ensuite c’est rythmé entre la production des bijoux pour les commandes du site, les points de ventes, les stocks pour les événements. Il y a évidement les passages à la Poste et chez les fournisseurs. Puis il y a aussi les journées mails, les préparations de visuels pour les réseaux, les photos produits etc. En gros, je ne suis pas dans une routine, tous les jours il y a des nouvelles taches. 

Est-ce que tu as un moment fort dans ton parcours d’entrepreneur que tu aimerais partager ?

Au début je postais juste les photos des bijoux que je faisais à mes copines sur internet, et un jour j’ai reçus un mail d’une boutique qui voulait devenir revendeur et partenaire de L’atelier Pailleté. Ce jour là je me suis rendue compte que mon travail plaisait vraiment et que je pouvais peut être en faire quelque chose de vraiment sérieux. C’est de là qu’est parti l’aventure de L’atelier Pailleté ! 

Est-ce que toi aussi il y a des moments ou tu as envie de tout plaquer ?

Evidemment ! Comme tout le monde je pense ! Franchement c’est pas tous les jours facile. Heureusement que je suis bien entourée, que j’ai ma famille, mes amis et mon copain qui me soutiennent et qui me reboostent quand j’en ai besoin. Il y aussi la satisfaction de se lever et de faire un métier que t’aimes vraiment ! Et je pense être chanceuse car ce n’est pas donné à tout le monde. 

As-tu un conseil pour ceux qui voudraient monter leur projet ?

« Bon chance ! ». Non plus sérieusement, tu le disais dans ton interview Julie d’ailleurs, je pense qu’il ne faut pas trop écouter les personnes qui essayent non pas de nous démotiver, mais de nous dissuader pour ne pas qu’on fasse de bêtises ou qu’on regrette plus tard d’avoir pris cette voie. Pour la plupart ça ne part pas d’une mauvaise intention, mais à trop vouloir nous protéger et nous dicter ce qu’on doit faire ou comment on doit le faire, je pense que ça peut nous perdre dans notre projet et y nuire. Du coup le mieux est de s’écouter, faire ce qu’on à envie de faire et foncer ! Et surtout s’accrocher ! 

Bon, il est bien beau ton compte insta, mais entre nous, en vrai, c’est pas toujours comme ça ? Raconte nous ton instant gênant de #filledelavraievie !

Alors rien à voir avec mon compte Instagram, mais j’ai vécu à Londres et en rentrant d’une soirée avec une copine nous étions dans le bus Londonien, évidemment donc à l’étage. Il était complètement vide et une fille monte et vient s’asseoir à côté de moi alors que vraiment le bus était désert, il n’y avait que Charlotte et moi. 

Du coup je regarde mon amie et je lui dis d’un air ironique « mais il y a pas assez de place dans le bus ? » et il s’avérait que la fille était Française. Quand je vous parlais de mon coté spontané en voici un échantillon… oups.

Qu’est ce qu’on peut te souhaiter pour la suite ?

De la réussite forcement… Toujours plus de créativité, pourquoi pas des collaborations et surtout plein de paillettes !  

 

Kiss peace love and paillettes (of course)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *